Pourquoi y a-t-il de l’excitation sexuelle plutôt que rien ?

L’érotique ne se prête pas à être conçue de façon simplement unitaire. Plusieurs l’ont admis et, parmi eux, Platon, Lacan, Foucault, Rubin. On le vérifiera ici sur les deux premiers nommés. Quelle serait donc la raison d’une telle partition ? Sans préjuger d’autres réponses possibles, on présente ici celle que Lacan indiquait, non pas sous la forme d’un discours soutenu, mais par touches successives ici et là dispersées, après qu’a été reconnue l’inexistence du rapport sexuel. Ainsi s’éclaire la question proprement psychanalytique (quoique d’allure philosophique) : pourquoi y a-t-il de l’excitation sexuelle plutôt que rien ?