Gayle Rubin, Judith Butler : Marché au sexe

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Eliane Sokol et Flora Bolter.Mars 2002.176 p. 23 €. Aucun amateur de cuisine épicée ne se verra privé de liberté ou victime d’ostracisme pour avoir satisfait ses papilles gustatives. En revanche, on peut être jeté en prison pour trop aimer les chaussures en cuir. De même, l’homosexualité, le sida, la pornographie, le transsexualisme, et aujourd’hui la pédophilie, donnent-ils lieu à ce que Gayle Rubin appelle une « panique morale ». Chaque panique désigne une minorité sexuelle, généralement inoffensive, comme population-cible. Au terme du processus, celle-ci se trouve décimée, et la société tout entière, juridiquement et socialement, réorganisée. Gayle Rubin a jeté les bases d’un champ autonome d’études sur le sexe où désir, jouissance et diversité érotique, pourraient trouver leur raison théorique et politique. Les trois textes publiés ici s’inscrivent dans une filiation politique (le féminisme, la nouvelle gauche, les luttes antiracistes, les luttes pour les droits civiques) et théorique (les sexologues, Freud, Lacan, Marx, Foucault, Derrida). Les paradigmes ne valent rien sans l’enquête de terrain, et rien non plus s’ils ne s’actualisent en choix de stratégie et de tactique politiques. L’ensemble s’éclaire du partiel, le partiel de l’ensemble.Nous sommes loin ici du communautarisme béat qu’on prête parfois en France aux intellectuels américains. Qu’on lise les critiques acerbes de Judith Butler sur les replis identitaires : « Les lesbiennes n’ont rien d’autre en commun que leur expérience du sexisme et de l’homophobie ». Ou ses réserves sur le coming out : « La sexualité reste-t-elle sexualité quand elle est soumise à un critère de transparence et de révélation ? Une quelconque sexualité serait-elle possible sans cette opacité qui a pour nom inconscient ? »  Gayle Rubin et Judith Butler soulignent constamment la nécessité de ne pas troquer une violence contre une autre, une démonologie religieuse contre une démonologie laïque, laissant ainsi sa chance à l’érotologie moderne.